aller au menu

Nîmes

Nîmes à la belle époque

Nîmes à la belle époque

En face du temple se trouvait, au début du siècle, l'auberge du Petit Saint-Jean, qui se vantait dans sa publicité d'être "le point le plus central de la ville". Cette auberge du Petit Saint-Jean avait pris une place d'honneur dans les lettres nimoises. En 1847 le poète Frédéric Mistral avait quitté son village de Maillane pour venir passer son baccalauréat à Nîmes. Il a fait un récit poétique de son séjour dans ses "Mémoires et récits". A l'occasion du centenaire de l'auteur de Mireille une plaque de marbre fut apposée pour commémorer ce souvenir provençal. Nous arrivons à la Place des Carmes, où s'élève l'église Saint-Baudile, dédiée au patron de la ville. Elle fut construite en 1874. Sur cette place se trouve la porte d'Arles, monument romain, dénommé aujourd'hui la porte d'Auguste, où se dresse une copie en bronze de la statue de l'empereur romain dont l'original est à Rome. En face on peut remarquer, au-dessus du magasin "les Dames de France", la façade d'un théâtre "la Renaissance", de la fin du siècle dernier. En continuant le tour du boulevard nous arrivons à ce qui était autrefois le Petit Cours, aujourd'hui boulevard Gambetta. Au début de cette large artère est situé le quartier de l'Enclos Rey (enclos du roi). Jadis retiré en dehors des murailles qui entouraient la ville, il fut bien souvent un lieu de batailles entre les royalistes qui habitaient ce quartier et les républicains venus du quartier de la Placette.

15.24€

170 pages
21 x 15 cm
Imprimé en 1990
Ce livre est illustré
Broché

Paru en 1990
Réédition de l'oeuvre originale imprimée en 1974

Ajouter au panier

A propos des Editions Lacour

« Lacour : le top de l’édition régionale »

« Christian Lacour est aujourd’hui le premier éditeur régional français. Un « titre » que lui a fait acquérir sa philosophie particulière de l’édition : ne rejeter personne, pas plus l’enseignant que le jardinier, le maçon que le savant. Christian Lacour n’a jamais voulu considérer la littérature comme un domaine réservé à une élite. C’est ainsi que bon nombre d’auteurs ont pu se faire éditer, et que certains ouvrages ont été sauvés de l’oubli, puisque Christian Lacour cherche (…) dans les coins les plus reculés de vieux manuscrits à rééditer. »

20-06-1999 - La Marseillaise

258 livres

Nîmes
Recherche :
Paiement en ligne sécurisé
2003 - 2019 © Editions Lacour-Ollé / L'actualité / Nos auteurs / Notre catalogue / Dossiers / Liens / Informations légales