aller au menu

Insolite

François Forestier 1940-1945. Premier chef d'Etat Major de l'Armée secrète

François Forestier 1940-1945. Premier chef d'Etat Major de l'Armée secrète

François Forestier traverse l'ensemble de la Résistance. A Paris dès le 11 novembre 1940, puis en zone nord, aux côtés du réseau « Musée de l'Homme », ensuite à « Combat Nord », jusqu'à leur anéantissement auquel il échappe de justesse début 1942. Passé en zone sud, il prend immédiatement les fonctions de responsable militaire du mouvement « Combat », puis de premier chef d'État Major de l'Armée secrète jusqu'à son arrestation, le 15 mars 1943. Il est incarcéré à Lyon dans la même cellule que Serge Ravanel, et Raymond Aubrac, qui, avec son épouse Lucie, parvient à le faire évader le 24 mai. Il est évacué trois mois plus tard par avion vers Londres, où, à la demande de Frenay, il dirigera jusqu'en 1945 la « Délégation » des mouvements de résistance, Résistance dont il devient ainsi un porte-parole, et « un observateur privilégié » (H. Noguères), alors même que se mettent en place les acteurs de la Libération. L'auteur : une vie aventureuse conduit son fils, Michel F. Morin, d'Israël aux Caraïbes, de la Guyane aux Balkans, puis à l'Afrique centrale -ou à la Lozère- mais également d'ambassades en préfecture, de la Légion étrangère au ministère de l'intérieur, et aux Nations Unies, où il a été par deux fois chargé de missions de désarmement de milices para-militaires. Il prend la plume aujourd'hui pour évoquer l'action de son père entre 1940 et 1945, permettant à Raymond Aubrac de prêter à François dans sa préface les mots suivants « « Me voici grâce à la piété filiale, grâce surtout au travail méticuleux de mon fils Michel, qui a su creuser les archives et les souvenirs pour me reconstruire ». OEuvre de mémoire, retrouvailles, témoignages, reconstruction... Grâce à un ensemble de documents inédits, l'auteur nous livre un témoignage direct sur ces années de feu, tout en dressant un portrait vigoureux de son père, « une personnalité attachante, qui tient sa place dans l'Histoire de la France » (R. Aubrac).

20.00€

350 pages
20 x 15 cm
Imprimé en 2003

Paru en 2003
ISBN : 2-7504-0354-5

Ajouter au panier

A propos des Editions Lacour

« Parution du 250e Lacour sur l’Ariège »

« Christian Lacour qui est, sans conteste, le premier éditeur régionaliste de France est aussi, et de très loin, le premier éditeur ariégeois bien que le siège de ses éditions se trouve à Nîmes. »

Le journal de l’Ariège - M.C.

76 livres

Insolite
Recherche :
Paiement en ligne sécurisé
2003 - 2018 © Editions Lacour-Ollé / L'actualité / Nos auteurs / Notre catalogue / Dossiers / Liens / Informations légales