aller au menu

Bataille de Bouvines

Bataille de Bouvines

Bataille de Bouvines

27 JUILLET 1214
L'histoire de la rivalité de la France et de l'Angleterre au Moyen Âge est certainement l'une des plus attachantes et des plus glorieuses que l'on puisse lire. Elle commence à la conquête des Normands, au me siècle, se poursuit dans le me, et se termine au me par les victoires de Philippe-Auguste et par l'expulsion définitive de ces opiniâtres voisins. Non content de posséder la Normandie, Jean sans Terre voulait joindre la Bretagne et l'Anjou à sa couronne d'Angleterre, et dans ce dessein il avait assassiné le jeune duc des Bretons, Arthur, son neveu et pupille de Philippe-Auguste. À la nouvelle de cet horrible assassinat, dont les chroniqueurs nous ont conservé le naïf et touchant récit, l'Europe s'était soulevée d'indignation et avait demandé vengeance de ce crime. Obéissant au cri de l'opinion publique, Innocent III avait excommunié l'assassin, tandis que les barons français le mettaient au ban de l'opinion et le déclaraient déchu de tous ses biens. Mais il fallait exécuter cette sentence, et ce périlleux honneur revenait à Philippe-Auguste, le plus noble, le plus glorieux, le plus puissant des seigneurs et souverains de l'Europe, et par conséquent le gardien naturel des droits et privilèges de l'Église. Quoique livré aux plaisirs grossiers de sa cour, Jean sans Terre n'était pas homme à se laisser dépouiller sans résistance, et par ses promesses autant que par son argent, il était parvenu à armer une partie de l'Europe contre nous. L'Allemagne, déjà révoltée contre Rome, la Flandre jalouse de nos succès contre elle, et le comte de Boulogne se préparaient à fondre sur nous dans le nord, à la tête d'armées innombrables. Au midi, les Sarrazins et les Albigeois occupaient toujours nos plus intrépides guerriers. La Bretagne et l'Anjou, que le fils du roi occupait en personne, étaient divisées par de nombreuses factions qui faisaient chèrement acheter leurs chancelant appui. Enfin la Bourgogne elle-même semblait hésiter dans sa marche. La France se trouvait donc entourée d'ennemis et de périls que Jean sans Terre lui suscitait de toutes parts. Il fallait sortir de cette situation, et c'est pour aviser au moyen de porter à son rival un coup décisif que Philippe-Auguste réunissait toute sa noblesse ecclésiastique et laïque dans la ville de Soissons, qui conservait encore de glorieux souvenirs de la monarchie naissante et des victoires de Clovis.

15.00€

117 pages
21 x 15 cm
Imprimé en 2020
Broché

Paru en 2020
Réédition de l'oeuvre originale imprimée en XIX
ISBN : 978750454258

Ajouter au panier

A propos des Editions Lacour

« Christian Lacour, le colporteur éditeur du IIIème millénaire »

« Pour l’anecdote, il a fabriqué, en 1988, le livre le plus épais d’Europe soit 1,04m X 0,72m constitué de 1000 pages et pesant 118kg, « l’Enkiridon ». »

10-01-2002 - Le Petit Niçois hebdomadaire - Pascal Gaymard

35 nouveautés

Recherche :
Paiement en ligne sécurisé
2003 - 2020 © Editions Lacour-Ollé / L'actualité / Nos auteurs / Notre catalogue / Dossiers / Liens / Informations légales