aller au menu

Corse Matin: Léa Casale, l'impossible deuil

(30/10/2014)

Corse Matin: Léa Casale, l'impossible deuil

La soeur du footballeur bastiais Pierrot Bianconi vient de publier un livre en hommage à son frère et ouvrage fait suite à un premier livre où l'auteur évoquait l'absence cruelle de son frère disparu voilà vingt ans dans des circonstances mystérieuses. « Après Le Bleu de l'innocence et après bien des années, j'ai pu enfin trouver la force nécessaire pour exprimer la douleur de l'absence de mon frère », confie Léa Casale. Dans ce livre émouvant, elle dresse avec pudeur le portrait de ce fils adoré par ses parents et ses trois soeurs. « Nous formions une belle famille, nous étions quatre enfants. Pierrot était un enfant rieur, espiègle, malicieux, curieux et rêveur». Elle retrace ses débuts dans l'A.J.B. puis dans l'Étoile Filante Bastiaise, son intégration dans le Centre de formation de Vichy en 1979, ses débuts professionnels à l'I.N.F Vichy puis au S.E.C.B où sa carrière décolle. Enfin ses transferts à l'A.S Cannes, à Nîmes et à Paris Saint  Germain. Une ancienne blessure au genou mettra un terme définitif à sa carrière professionnelle : « Ce fut une manière brutale d'interrompre une relation exceptionnelle entre le « chouchou des tribunes » et ses supporters. Pierrot, fier de porter le brassard de capitaine du SCB pendant plusieurs saisons, tire sa révérence. » ' Un homme attachant  La mère du joueur a gardé précieusement comme autant de reliques les nombreuses coupures de journaux, les photos et tous les documents qui évoquent sa carrière : « Ma mère a fait un petit musée en souvenir de son fils. C'est avec elle que j'ai reconstitué le parcours de mon frère. » Ce livre est aussi un cri de révolte de la famille Bianconi face à un sentiment d'injustice où l'impuissance rejoint l'indignation.Avec l'espoir chevillé au coeur de connaître enfin la vérité afin de pouvoir faire son deuil. Que s'est-il donc passé ce 29 décembre 1993 ? « C'est le flou total, c'est le néant. C'est un cauchemar. Pierrot avait 31 ans, il était marié et avait deux enfants de quatre ans et demi et six ans et demi. Mon papa est décédé six ans après sa disparition. Cela a été douloureux d'y revenir. Dans mon livre, je ne parle pas de ses idées politiques ni de sa vie privée. J'ai écrit pour perpétuer sa mémoire, pour son public pas pour relancer tice où l'impuissance rejoint l'indignation.Avec l'espoir chevillé au coeur de connaître enfin la vérité afin de pouvoir faire son deuil. Que s'est-il donc passé ce 29 décembre 1993 ? « C'est le flou total, c'est le néant. C'est un cauchemar. Pierrot avait 31 ans, il était marié et avait deux enfants de quatre ans et demi et six ans et demi. Mon papa est décédé six ans après sa disparition. Cela a été douloureux d'y revenir. Dans mon livre, je ne parle pas de ses idées politiques ni de sa vie privée. J'ai écrit pour perpétuer sa mémoire, pour son public pas pour relancer l'enquête », explique Léa Casale qui se souvient du quartier de Lupinu où les enfants Bianconi ont grandi et où Pierrot, enfant, allait déjà jouer au football dans un petit stade. « Pierrot avait un caractère entier, généreux. Il était aussi impulsif mais il avait le sens de l'amitié et de la famille. » Le sport, une histoire de famille Chez les Bianconi, on aime le sport et pas seulement le football. La mère du footballeur est une ancienne championne de basket : « La passion du sport nous a été transmise par maman qui portera les couleurs du CAB en équipe régionale de basket ». Elle relate les souvenirs de vacances dans la maison familiale à Pietrapola. Léa Casale raconte l'amour inconditionnel qui existait entre son frère et son public, l'attachement des fans à celui qui fut « l'idole d'une génération ». Avec dévouement, elle a recueilli les nombreux témoignages de tous ceux qui n'oublient pas celui qui a joué sous les couleurs de son club favori, le SC Bastia qu'il aimait par  dessus tout. Face à tant de messages passionnés prouvant qu'il est toujours vivant dans le coeur de ces fans il est à déplorer qu'aucune plaque ne commémore son nom ... Dans un souffle, Léa Casale confie : « Il m'est aujourd'hui impossible de retourner au stade. C'est trop douloureux de revivre ces émotions sans lui. L'absence est trop forte, trop lourde. Trop inacceptable. »
F.Q.


Pierrot Bianconi


Pierrot Bianconi


L'idole d'une génération

Recherche :
Paiement en ligne sécurisé
2003 - 2018 © Editions Lacour-Ollé / L'actualité / Nos auteurs / Notre catalogue / Dossiers / Liens / Informations légales