aller au menu

Gers

Le chateau de Montégut près d'Auch

Le chateau de Montégut près d'Auch

C'est la disposition même du lieu qui lui a valu le nom de Mon-tégut, et cela sans doute depuis toujours. Son église, dans les docu-ments les plus anciens que nous ayons, est appelée ecclesia de Monte-Acuto. (2) Il ne serait donc pas téméraire de penser que ce lieu a été ainsi appelé depuis la période romaine ou gallo-romaine.
En langue romane ou gasconne, le nom latin devait donner Mount-Agut. C'est ce nom que nous trouvons en effet, et encore quelques vieux actes, rédigés en langue française, désignent ce lieu à peu près de même. Depuis, selon le temps et les personnes, on a écrit, en langue française : Montagu, Montagut, Montaigu, Montai, gut et enfin Montégut, car c'est cette dernière forme qui est usitée en ce moment. Au levant du château et du village, à trente mètres environ de l'église actuelle, près de l'entrée de la cour d'honneur moderne du château, il semble que le promontoire a subi un étranglement. Ceci peut-être regardé comme le vestige du pont-levis des fortifications du village au moyen âge. Mais on peut aussi regarder cet étranglement comme pratiqué à l'époque préhistorique, si ce promontoire a été barré pour rendre plus inaccessibles, soit le promontoire lui-même qui porte le château, soit son prolongement vers l'Est qui s'élève encore davantage et qui pouvait servir d'ultime bastion de défense à la peuplade ou au groupement de familles indigènes pressés par des ennemis menaçants. Ce point culminant porte le nom significatif de « La Gouarde ».

15.00€

66 pages
21 x 15 cm
Imprimé en 2015
Broché

Paru en 2015
Réédition de l'oeuvre originale imprimée en 1939
ISBN : 9782750439903

Ajouter au panier

A propos des Editions Lacour

« Lacour : le top de l’édition régionale »

« Christian Lacour est aujourd’hui le premier éditeur régional français. Un « titre » que lui a fait acquérir sa philosophie particulière de l’édition : ne rejeter personne, pas plus l’enseignant que le jardinier, le maçon que le savant. Christian Lacour n’a jamais voulu considérer la littérature comme un domaine réservé à une élite. C’est ainsi que bon nombre d’auteurs ont pu se faire éditer, et que certains ouvrages ont été sauvés de l’oubli, puisque Christian Lacour cherche (…) dans les coins les plus reculés de vieux manuscrits à rééditer. »

20-06-1999 - La Marseillaise

110 livres

Gers
Recherche :
Paiement en ligne sécurisé
2003 - 2019 © Editions Lacour-Ollé / L'actualité / Nos auteurs / Notre catalogue / Dossiers / Liens / Informations légales