aller au menu

Le nouvel Observateur: christian Lacour-Ollé Libraire-Editeur, un colporteur en résistance

(15/12/2011)

Le nouvel Observateur: christian Lacour-Ollé Libraire-Editeur, un colporteur en résistance


 A côté de la porte d'Auguste se trouve un autre monument fami­lier du paysage nîmois : la librairie Lacour. Depuis 1869, cette vérita­ble institution offre un visage presque inchangé, celui d'un éton­nant cabinet de curiosités qui, de nos jours, abrite pêle-mêle des ouvrages sur « La Conversion de Luther », « Le Dressage du chien d'arrêt » ou « La Cuisine aux oignons », des monnaies et des médailles, un plastron de centu­rion, un buste de Louis XIV et... la forte personnalité du maître des lieux, Christian Lacour-0llé, qui mérite à lui seul la visite.


Il possède le plus ancien com­merce de la ville et se dit « le der­nier colporteur de France ». C'est dire s'il est homme de traditions. Tradition familiale, d'abord : il incarne la septième génération d'une famille de colporteurs, puis libraires-éditeurs, originaire du Haut Comminges pyrénéen, et fixée à Nîmes depuis le milieu du XIXème siècle. La ville comptait alors de nombreux éditeurs indépen­dants ; Christian Lacour est le der­nier d'entre eux, et travaille tou­jours à l'ancienne. Au début de la semaine, il est sur les routes, écou­lant ses livres auprès de librairies, de petits musées, et même de mer­ceries. Le reste du temps, il est dans sa boutique, à les fabriquer : réimpression de vieilles monographies régionales, ésotérisme, poé­sie... rien ne rebute cet esprit ency­clopédique. En 2010, il aurait ainsi édité 500 titres ! «Pour que mon activité, totalement indépendante, soit rentable, il ne faut pas compter son temps », précise-t-il.


 Ce boulimique de travail le compte d'autant moins qu'à ses casquettes de colporteur, libraire, éditeur et papetier s'ajoute encore celle d'illustre « reboussier ». Bous­quet, Clary - dont il fut un temps l'adjoint -, Fournier : les derniers maires ont tous été visés par les articles pamphlétaires de sa « Gazette d'Auguste ». Sans comp­ter la centaine de recours et autres plaintes déposés depuis 1999 devant le tribunal administratif. Son constat est sans appel : « Les politiques de tous bords ont fait de Nîmes une ville moribonde. Il ne nous reste que les monuments romains. » Ça tombe bien : Chris­tian Lacour-0llé a des dizaines de titres qui leur sont consacrés dans les rayons de sa librairie.


CHARLES GIOL




 

Recherche :
Paiement en ligne sécurisé
2003 - 2018 © Editions Lacour-Ollé / L'actualité / Nos auteurs / Notre catalogue / Dossiers / Liens / Informations légales