aller au menu

Le Tarn libre: Hervé Rougier: "Eloge du temps qu'il fait et de l'heure"

(24/06/2012)

Le Tarn libre: Hervé Rougier: "Eloge du temps qu'il fait et de l'heure"

Un nouveau Rougier qui sort à point nommé dans le printemps des fleurs et des oiseaux, c'est à dire dans sa saison préférée qui est celle d'éveil de la nature. Le poète, même s'il n'écrit pas en vers mais dans une prose poétique avec les mots simples qui suggèrent plus qu'ils ne décrivent, aime le calendrier des saisons et les temps changeants au gré des heures de la journée. "La poésie est dans l'instant" L'homme a planté son home au Peyroulié, au dessus du vallon du Falcou, qui voit revenir chaque année les loriots. Une hauteur suffisante pour voir Sainte-Cécile, la protectrice dans la plaine et les premiers versants du Ségala dont le Vésuve albigeois du Puy St-Georges, lui aussi montagne tutélaire. Ses vadrouilles ont conduit Rougier sur bien des chemins de France et de Navarre et encore aujourd'hui il s'échappe vers les lieux voisins qu'il aime : coteaux de La Drèche, Bellegarde pour sa Vierge, la tant belle ville d'Albi. Mais ce qui importe c'est la beauté qu'il trouve partout et qu'il nous incite à découvrir avec lui. "La beauté n'est pas au-delà du quotidien. Le soleil et la lune, compagnons du jour et de la nuit, la rosée du matin, la pluie, le vent (l'autan n'arrive pas à lui arracher son légendaire béret), et même la neige (le Vosgien devenu Albigeois la regrette parfois) les plantes et les fleurs, les animaux aussi (les chats sont ses préférés). Il y a un panthéisme chez Rougier qui nous enchante. Son amour de la nature toujours belle lui donne aussi de la mansuétude pour les hommes qu'il plaint seule¬ment s'ils sont cruels ou 'belliqueux. Il y a du saint François d'Assise chez cet homme mais aussi du Jean-Jacques Rousseau et du Francis Jammes. Son inspiration, elle est partout dans une perception sensible des êtres et des choses. Des textes courts - (jamais plus de deux pages), parfois réduits à une phrase comme dans le haïku japonais : "Sans poids, le merle se pose sur une branche flexible" "Paysage mouillé. Bonne, prévoyante, la terre thésaurise les sources ; Bouches et rivières y boivent" écrit-il "Il n'y a qu'une vie, la vie de tous" conclut-il. On aime la sagesse de Rougier et sa lecture nous rend meilleurs.




Robert Fabre, Le Tarn Libre 6 avril 2012

Recherche :
Paiement en ligne sécurisé
2003 - 2018 © Editions Lacour-Ollé / L'actualité / Nos auteurs / Notre catalogue / Dossiers / Liens / Informations légales