aller au menu

Le télégraphe aérien à Marmande (1834-1853)

Le télégraphe aérien à Marmande (1834-1853)

Le télégraphe aérien à Marmande (1834-1853)

 


Tout commença au cours de l'été 1839. Il s'était rendu avec sa paire de vaches, afin de labourer une pièce de terre ingrate que son père possédait au lieu-dit "Bélair" ; c'était tout à côté de la nouvelle tour construite il y avait seulement quelques années auprès du moulin à vent, de l'autre côté de la. route. Et chaque fois qu'il tournait avec ses bêtes à l'extrémité de son sillon, le "hue !" qui devait relancer ses vaches se faisait attendre, tant il était fasciné par ces ailes qui dansaient au sommet de la tour. Cela n'avait pas échappé à un Monsieur à redingote bleu foncé, coiffé d'un castor : c'était l'Inspecteur du télégraphe. Il entra dans la tour et demanda à Antoine Tauzin, le stationnaire : "Qui est donc ce jeune homme qui semble tellement intéressé par notre télégraphe ? — C'est le fils à Pierre Lescos, un cultivateur du bas de la côte. Un « bien brave drôle », seulement ils ne se tireront jamais d'affaire : leur propriété est bien trop petite pour nourrir deux ménages !" C'est alors que l'Inspecteur répondit : "Vous savez que votre collègue François Robin nous quitte et il lui faut un remplaçant.. Pourquoi ne prendrions-nous point ce jeune homme, il n'a point l'air sot. Vous lui apprendrez les signaux et. la manoeuvre du télégraphe et nous vous donnerons une prime de 15 francs. r

10.00€

72 pages
21 x 15 cm
Imprimé en 2012
Broché

Paru en 2012
ISBN : 9782750429126

Ajouter au panier

A propos des Editions Lacour

« Lacour : le top de l’édition régionale »

« Christian Lacour est aujourd’hui le premier éditeur régional français. Un « titre » que lui a fait acquérir sa philosophie particulière de l’édition : ne rejeter personne, pas plus l’enseignant que le jardinier, le maçon que le savant. Christian Lacour n’a jamais voulu considérer la littérature comme un domaine réservé à une élite. C’est ainsi que bon nombre d’auteurs ont pu se faire éditer, et que certains ouvrages ont été sauvés de l’oubli, puisque Christian Lacour cherche (…) dans les coins les plus reculés de vieux manuscrits à rééditer. »

20-06-1999 - La Marseillaise

35 nouveautés

Recherche :
Paiement en ligne sécurisé
2003 - 2018 © Editions Lacour-Ollé / L'actualité / Nos auteurs / Notre catalogue / Dossiers / Liens / Informations légales