aller au menu

Le bon sens au pouvoir

Le bon sens au pouvoir BOURBON-PARME (prince Charles-Emmanuel de )



Dans quelle société française voulons nous vivre ?
L'envie de partager un amour lucide pour la France a constitué le fil conducteur des thèmes abordés par Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme. L'auteur redonne également du sens à la fierté d'être français. Ses pages offrent une envie neuve de s'investir davantage dans la vie publique ! Préserver nos valeurs devient un enjeu brûlant en 2016.. Les échéances de 2017 ne supporterons pas le manque de courage que l'on observe actuellement ! La doxa officielle étouffe toute réflexion et toute initiative novatrice.
Ne faut-il pas s'en affranchir ? Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme lance ainsi une initiative optimiste et tonique à se libérer des chaînes et des violences qui compromettent l'avenir de notre pays. Ecrit entre 2014 et janvier 2016, n'est-il pas temps de rechercher un nouveau modèle politique ? N'est-ce pas urgent ? Ses propositions ouvrent un débat d'intelligence et de volonté. Or là où s'exprime une volonté s'ouvre toujours un chemin.

Babali

Babali marquis BARONCELLI-JAVON (DE) folco

Au quartier des Roues, en Avignon, qui donc, n'a point entendu les vieillards parler de la pauvre Babali ? Elle était si belle avec son pâle visage d'Espagnole, ses grands yeux noirs et ses seize ans ! Le matin, quand elle longeait la Sorgue sous les platanes des Teinturiers, les attaches de sa catalane blanche abandonnée au vent, on l'eût croquée, tant elle était gentille ! Babali était pauvre, et, comme les autres filles de sa condition, travaillait. De son métier, elle était brosseuse d'indienne, de cette indienne à fleurs et à ramages dont les Provençales se faisaient des fichus.

Bidart, un projet de station thermale dans les années folles

Bidart, un projet de station thermale dans les années folles Collectif

« Autrefois, on passait sans s'arrêter, maintenant, on s'arrête à Bidart », proclamait fièrement le guide touristique de 1928 que nous reproduisons ci-après.
Pourquoi, à la fin des années 1920, les touristes étaient-ils devenus plus enclins à stationner dans cette petite ville de la côte basque, située à 5 kilomètres au sud de Biarritz ?
Un courrier du 2 juin 1933, joint au guide et rédigé par le président du Syndicat d'initiative de Bidart, le Dr Pierre Peyret, nous apprend que si la ville était « une station à peine naissante », elle se faisait chaque année plus attrayante et plus coquette pour accueillir une clientèle sans cesse grandissante de baigneurs.
En effet, à cette époque, la station avait vocation à devenir bien plus qu'une nouvelle station balnéaire de la côte Atlantique : elle voulait également s'ériger en station thermale !
L'idée avait germé quelques années plus tôt dans l'esprit d'un pharmacien biarrot entreprenant, André Cussac (1863-1946), que l'exploitation de l'eau de mer avait conduit à s'intéresser aux eaux minérales.

Alès et les Cévennes il y a 84 ans

Alès et les Cévennes il y a 84 ans COLLECTIF

Le nom des "Cévennes" dérive de l'hébreu Giben, ou du celtique Keben, qui dans les deux langues signifie montagne. Cette double étymologie a vraisemblament une racine primitive dans les antiques idiomes de l'Inde. (Duclaux-Monteils). Quant au nom d'Alès, on a émis diverses opinions sur son étymologie. La plus plausible fait dériver ce mot de deux syllabes celtiques: al, lieu élevé (qu'on retrouve dans le latin altus), et ez, désinence des noms de lieux: Nemozez ou Nemoz, Agadez, Bedarez, Albiez, etc ...

à table avec Alphonse Daudet

à table avec Alphonse Daudet GIACOMEL robert

J'avais proposé à mes petites filles de travailler sur Alphonse Daudet et elles ont immédiatement pris la direction des opérations. Des chèvres et des loups, bien sûr.
Mais aussi et bien plus, au delà des images convenues, elles ont construit un monde. J'ai soumis à Monsieur Daudet nos idées, mes textes, leurs projets.
Je doute qu'il les retienne. Pour de multiples raisons. La principale étant sans doute, notre grande différence d'âge. Je ne suis toutefois pas rancunier et j'ai donc imaginé de l'inviter à dîner. Si vous croyez connaître Daudet parce que vous avez lu les Lettres ou le Nabab.
Si vous croyez connaître son oeuvre parce que vous y voyez un passionné de Mistral. Si vous croyez connaître l'homme parce qu'il admirait Morny, alors que Zola l'admirait.
Alors oubliez tout. Alphonse Daudet c'est le contraire, et le contraire du contraire. Et le contraire d'autre chose. Alphonse Daudet c'est le bonheur de l'enfance et l'infinie douleur de la morphine.
Alphonse Daudet c'est un géant, un monument, un instant d'absolu.

Antoine de Crussol, le comte de Tonnerre

Antoine de Crussol, le comte de Tonnerre PETIT ernest

Le portrait d'Antoine de Crussol, duc d'Uzès, que nous reproduisons, est celui d'un homme encore jeune et qui peut avoir passé la trentaine; il ne doit pas être de beaucoup postérieur à son mariage. En tous les cas il a été fait entre les années 1556 et 1572, pendant lesquelles il fut Comte de Tonnerre.

Recherche :
Paiement en ligne sécurisé
2003 - 2018 © Editions Lacour-Ollé / L'actualité / Nos auteurs / Notre catalogue / Dossiers / Liens / Informations légales