aller au menu

Les Gabales étaient fiers et généreux

(19/12/2014)

Les Gabales étaient fiers et généreux

Les éditions Lacour ont réédité l'ouvrage publié en 1843 par l'abbé Prouzet "Annales pour servir à l'histoire du Gévaudan et des provinces circonvoisines". On apprend que les Gabales, chez lesquels la santé, la force, la vigueur, la stature, étaient considérées comme les plus nobles qualités de l'homme, connaissaient tout le parti que l'on peut tirer de la gymnastique pour obtenir le résultat le plus avantageux (...). Ils prenaient fréquemment des bains froid et se soignaient en ayant recours à des plantes. Ils connaissaient les vertus de l'ail, de l'angélique, de l'armoise. Les fruits du cerisier étaient très recherchés. Le chiendent et l'orge constituaient la base de la majeure partie de leurs tisanes. La gentiane était en usage dans les maladies de langueur, dans les fièvres, et le gui de chêne faisait l'objet d'un culte superstitieux. On lui attribuait de nombreuses vertus curatives. La mauve était recherchée, elle était considérée comme relaxante et rafraîchissante. On estimait que cette plante était capable de modérer les passions et de tenir l'esprit en liberté. Dans les plantes culinaires, les Gabales utilisaient l'oignon, le navet, l'artichaut. Plus tard, ils connurent la vigne et sa culture se développa pendant la domination romaine. Les Gabales ne faisaient pas usage d'eaux minérales dont le pays abondait, mais les Romains appréciaient leurs vertus!
L'abbé Prouzet était né aux Clauses, commune de Saint-Chély, le 30 avril 1798. (Jean-Marc Gilly, La Lozère Nouvelle).


Annales pour servir à l'histoire du gévaudan, tome 1

Recherche :
Paiement en ligne sécurisé
2003 - 2018 © Editions Lacour-Ollé / L'actualité / Nos auteurs / Notre catalogue / Dossiers / Liens / Informations légales