aller au menu

Histoire

Marie Langlois

Marie Langlois

N'avez-vous pas tenu des propos contre la Révolution ?

Marie Jeanne Langlois naquit vers 1771 à Faverolles, un hameau de la paroisse de Lignerolles, à égale distance de Dreux et de Saint-Andréde-l'Eure. Ses parents devaient être des paysans modestes. Marie avait pourtant appris à lire et à écrire, au bas des feuilles de son procès, on lit sa signature nette et assurée. Beaucoup de paroisses de l'Ancien Régime possédaient une petite école. La plupart de ces établissements furent supprimés avec la Constitution civile du clergé, ce qui ramena l'illettrisme dans le petit peuple.
Arrivée à l'âge de treize ans, sans doute après sa première communion, elle doit quitter sa famille pour se placer dans diverses fermes. Mais elle emportait au fond du coeur le trésor d'une excellente formation religieuse. Quel curé de village l'avait instruite ? Il est mort ignoré.
En 1791, Marie est fille de ferme à Montfort-l'Amaury dans les Yvelines. L'année suivante elle travaille chez le fermier Larondeau à Lévis-Saint-Nom dans la vallée de Chevreuse, toujours dans les Yvelines. II est fort possible qu'elle ait reçu des grâces mystiques. Au printemps de l'année 1793, la jeune paysanne, qui ne s'était jamais fait remarquer jusque-là, se fit entendre dans le village. Elle parla avec la résolution d'une jeune chrétienne des temps antiques renversant des idoles. "Il ne fallait pas écouter les prêtres jureurs. Après de grands événements, la guerre et la persécution, les bons prêtres reviendraient, la religion triompherait comme à la Pentecôte."
Ces propos suscitèrent les rires des villageois et la colère de Louis Touchet, le curé jureur qui s'empressa de dénoncer Marie comme fanatique et contre-révolutionnaire.

10.00€

47 pages
21 x 15 cm
Imprimé en 2020
Broché

Paru en 2020
ISBN : 9782750455187

Ajouter au panier

A propos des Editions Lacour

« Lacour : le top de l’édition régionale »

« Christian Lacour est aujourd’hui le premier éditeur régional français. Un « titre » que lui a fait acquérir sa philosophie particulière de l’édition : ne rejeter personne, pas plus l’enseignant que le jardinier, le maçon que le savant. Christian Lacour n’a jamais voulu considérer la littérature comme un domaine réservé à une élite. C’est ainsi que bon nombre d’auteurs ont pu se faire éditer, et que certains ouvrages ont été sauvés de l’oubli, puisque Christian Lacour cherche (…) dans les coins les plus reculés de vieux manuscrits à rééditer. »

20-06-1999 - La Marseillaise

226 livres

Histoire
Recherche :
Paiement en ligne sécurisé
2003 - 2020 © Editions Lacour-Ollé / L'actualité / Nos auteurs / Notre catalogue / Dossiers / Liens / Informations légales