aller au menu

Marmande: Les Manuscrits inexplorés de Jean Condou

(12/05/2017)

Marmande: Les Manuscrits inexplorés de Jean Condou

SUD OUEST Vendredi 12 mai 2017
Marmande


Les manuscrits inexplorés de Jean Condou

ÉDITION L’historien de Marmande a passé une partie de sa vie à fouiller et écrire. L’un de ses nombreux manuscrits vient d’être publié

CAMILLE DE LAPOYADE c.delapoyade@sudouest.fr

Il était une personnalité dans Marmande. Et un sacré personnage aussi. Un bavard intarissable, d’une curiosité et d’une envie d’apprendre insatiables. « Il aurait eu 100 ans cette année », sourit Évelyne Gest, sa fille. Né en 1917, Jean Condou s’est éteint en 2012, après quatre-vingt-quatorze ans d’une vie quelque peu hors du commun, qui s’est terminée le nez plongé dans les archives de Marmande. Plus de 30 ouvrages en ont été tirés, dont le fameux « Marmande la Jolie », un projet commun avec le photographe Guy Lavergne. « C’est cet ouvrage, je crois, qui lui a donné envie de continuer à écrire. Il a toujours écrit et aimé l’histoire. “Marmande
la Jolie” a été un déclic. »

Une pleine armoire  Mais la mémoire de la ville ne s’est pas éteinte avec lui. De temps en temps, un ouvrage rappelle combien cet homme avait fouillé, fouiné, raconté tous les pans de l’histoire de la cité. « Après le décès de mes parents, je suis allée ranger leur maison. Et j’ai trouvé un gros tas de manuscrits qu’avait rédigés mon père, se souvient Évelyne. Alors j’ai fait un paquet et j’ai tout envoyé à son éditeur, M. Lacour. » Éditeur et néanmoins ami, Christian Lacour s’arrêtait dans le foyer Condou dès qu’il passait à proximité de Marmande.
« Et il demandait toujours à mon père : “Qu’avez-vous écrit cette année ?” Alors il ouvrait une grande armoire pleine de manuscrits et M. Lacour se servait. »
Son oeuvre très prolifique n’est  donc pas encore tarie. Et, régulièrement, un nouvel ouvrage fait son apparition, issu de l’immense collection de ce féru d’histoire locale. Fraîchement sorti des presses, « La bourgeoisie marmandaise » raconte comment « pendant sept siècles, une quarantaine de familles marmandaises se sont renouvelées pour monopoliser la gestion des affaires de Marmande». Un livre qui pourrait en appeler un autre, couvrant l’histoire plus récente de ces familles . L’armoire aux livres de Jean Condou renferme donc encore quelques secrets. Tout comme le parcours de cet écrivain frénétique recèle de trésors. Un homme peut-être prédestiné et ce, dès l’enfance. Né à Marmande, il a vécu route de Bordeaux. Fils d’un cheminot des Chemins de fer du Midi, il a vécu à Bordeaux… rue de Marmande.  « Il a toujours écrit et aimé l’histoire. “Marmande la Jolie” a été un déclic »
Jean et l’Allemagne
Jean Condou a vu le jour en 1917, en pleine guerre mondiale. Pendant la seconde, il est fait prisonnier en Allemagne.
Il y apprend la langue de Goethe et l’enseigne aux autres Français partageant son sort. Toujours en tant que prisonnier, il a travaillé dans un vignoble, logé dans une famille dont le fils faisait la guerre en France. Ce dernier avait une bibliothèque, dont le jeune Jean a pu pleinement profiter. « Mon premier livre était un livre d’images allemand », se remémore Évelyne. Et de poursuivre :
« Mon père ne m’a jamais rien imposé, si ce n’est d’apprendre cette langue à mon entrée en 6ème. Parce que pour lui, le conflit était derrière, et qu’il fallait reconstruire le lien avec l’Allemagne. » Évelyne a fini par aller faire ses études outre-Rhin. De retour en France, elle a rencontré celui qui est aujourd’hui son mari… Un Bavarois. Une famille prédestinée, en somme. Dont l’histoire pourrait mériter, elle aussi, de finir sous presse.


La bourgeoisie Marmandaise

Recherche :
Paiement en ligne sécurisé
2003 - 2017 © Editions Lacour-Ollé / L'actualité / Nos auteurs / Notre catalogue / Dossiers / Liens / Informations légales