aller au menu

Landes

Montaigut

Montaigut

Ses coutumes, notes historiques

Un heureux hasard a fait tomber entre nos mains un grand parchemin fort endommagé qui contenait les coutumes do l'une de ces bastides semées à pleines mains, au quatorzième siècle, sur les rives du Midou, aux confins de l'Armagnac. Montaigut, fut le nom donné è la petite cité naissante. par Guillaume de Montale, chevalier et sénéchal du duché d'Aquitaine, agissant au nom d'Edouard II, roi d'Angleterre et duc d'Aquitaine. Le lieu choisi pour la ville nouvelle portait le nom de Las hordes : il était situé sur la rive gauche du Midou et se trouvait à deux kilomètres environ de Monguillem, autre bastide de la même époque, dont la fondation fut également l'oeuvre de Guillaume de Montaigut. Montaigut, maintenant compris dans le canton de Villeneuve-de-Marsan, eut le sort de la plupart des bastides purement royales créées au quatorzième siècle. Elle ne réussit jamais à sortir de son obscurité, bien différente en cela des cités landaises et gasconnes, en général, qui furent l'oeuvre des archevêques, des évêques, des abbés, des comtes. Il est manifeste que cette quantité de bastides frontières établies au quatorzième siècle sur les limites de l'Armagnac et des Landes occupés par les rois de France et d'Angleterre, ne sont pas autre chose que des lieux fortifiés où l'on attirait les habitants pour leur procurer la sécurité et le moyen de se défendre contre les voisins. Entre ennemis irréconciliables, comme l'étaient los français et les anglais, il fallait pour se sauvegarder autre chose que des cluiteaux. On créa donc de petites places fortes ou bastides dont tous les habitants devenaient les défenseurs.

10.00€

41 pages
21 x 15 cm
Imprimé en 2015
Broché

Paru en 2015
Réédition de l'oeuvre originale imprimée en 1888
ISBN : 9782750440299

Ajouter au panier

A propos des Editions Lacour

« Lacour : le top de l’édition régionale »

« Christian Lacour est aujourd’hui le premier éditeur régional français. Un « titre » que lui a fait acquérir sa philosophie particulière de l’édition : ne rejeter personne, pas plus l’enseignant que le jardinier, le maçon que le savant. Christian Lacour n’a jamais voulu considérer la littérature comme un domaine réservé à une élite. C’est ainsi que bon nombre d’auteurs ont pu se faire éditer, et que certains ouvrages ont été sauvés de l’oubli, puisque Christian Lacour cherche (…) dans les coins les plus reculés de vieux manuscrits à rééditer. »

20-06-1999 - La Marseillaise

35 livres

Landes
Recherche :
Paiement en ligne sécurisé
2003 - 2019 © Editions Lacour-Ollé / L'actualité / Nos auteurs / Notre catalogue / Dossiers / Liens / Informations légales