aller au menu

Notre dame de la Carce

Notre dame de la Carce

Notre dame de la Carce

Notre Dame de la Carce ou de la Prison fut la première Madone du Diocèse de Mende a être couronnée solennellement.
Le Curé de Marvejols, M. Eugène Roussel, sollicita le couronnement de l'antique Madone . Il lui fut accordé par le « Bref Pontifical » de Pie IX le 4 décembre 1874.
Cette faveur enthousiasma les paroissiens de Marvejols : dons, bijoux, pierres précieuses etc. affluèrent pour la confection des couronnes de ta Vierge et de l'Enfant Jésus. (Nous n'avons malheureusement pas la liste des donateurs).
La cérémonie fut fixée au 15 août 1875 et annoncée à tout le diocèse par lettre épiscopale de Mgr. Saivet, évêque de Mende.
D'après certains géographes, le terroir, avant de prendre le nom de « Marologium » se serait appelé « Salsucae » qu'on aurait pu traduire « Saulées ». D'aucuns voudraient que « Marologium » signifie « le lieu de Marie », d'autres : « le lieu marécageux ».
Quoiqu'il en soit de l'étymologie, la Vierge Marie est honorée depuis de nombreux siècles en cet endroit et son culte n'a pas été étranger au développement de la cité gévaudanaise.
La tradition rapporte que des bergers y honoraient une statue de la Vierge auprès d'une fontaine dominant le vallon et même qu'une petite chapelle y fut construite pour l'abriter.
En 1310, l'Evêque de Mende, Guillaume Durand établit le collège des prêtres et clercs de la Bienheureuse Marie de Marvejols, le vocable de Notre Dame de la Carce ou de la Prison supplanta celui de Notre Dame de Marvejols en souvenir de la délivrance miraculeuse par Marie d'un membre de la famille d'Aragon détenu prisonnier. C'est à cette délivrance que la tradition rattache l'origine des faveurs que les princes d'Aragon prodiguèrent à l'église de Notre Dame de la Carce.
La statue couronnée, en bois doré, n'est certainement pas celle de la chapelette de l'antique « Salsucae ». Elle a du être confectionnée après la délivrance du prisonnier aragonais et ne reproduit pas exactement le blason de la Collégiale — une Vierge portant l'Enfant sur son bras gauche et retirant de sa main droite le prisonnier du cachot. Un imagier inconnu l'a sculpté dans le bois de poirier. La Vierge a une taille assez élevée et a devant elle l'Enfant Dieu qu'elle tient par la main gauche. La main droite de la Mère est tendue vers le bras droit de l'Enfant dont la main droite semble prête à ouvrir la porte de la prison.
Depuis des siècles, cette Madone « Notre Dame de la Carce ou de la Prison »est honorée et aimée à Marvejols et dans le Gévaudan.
Abbé B.Laurent — Archiviste diocésain.

10.00€

42 pages
29.7 x 21 cm
Imprimé en 2018
Broché

Paru en 2018
ISBN : 9782750447748

Ajouter au panier

A propos des Editions Lacour

« Lacour-Ollé, 33e du nom »

« Sise à Nîmes, (…) la maison Lacour-Ollé tient en effet commerce de librairie, d’édition et d’imprimerie. Et bien sûr, se diffuse et distribue elle-même. »

17-04-1998 - Livres hebdo

Recherche :
Paiement en ligne sécurisé
2003 - 2018 © Editions Lacour-Ollé / L'actualité / Nos auteurs / Notre catalogue / Dossiers / Liens / Informations légales