aller au menu

Sacré Christian LACOUR

(05/04/2017)

Sacré Christian LACOUR

Bien droit dans ses santiags et portable à l'oreille,
Levé depuis longtemps quand le monde s'éveille,
Il peut mener de front de multiples travaux,
Colportant les écrits par les monts et les vaux,
Non ce n'est pas pour lui la semaine en cinq jours
Sacré Christian Lacour.
Il sillonne la France en quête d'inédits
Et ne rentre chez lui que vers le vendredi
La voiture bourrée de très anciens ouvrages
Ou bien de manuscrits qu'il saura mettre en pages.
Tous les textes ont droit au respect, à l'amour
Voilà l'esprit Lacour.
Le bar-tabac urbain, la mini-supérette
Le boulanger rural au milieu des baguettes
Sont des lieux de culture où vivent les auteurs
Grâce aux efforts constants du génial colporteur.
Les grandes librairies ça lui semble un peu court
Il est comm' ça Lacour.
La corbeille est aux livres qu'édite notre ami
Ce que l'huile d'olive est aux plats du Midi
Le savoir ne doit pas dormir sur étagères
Prêt à choir dans l'oubli, au mieux dans la poussière.
Les livres qu'on les voit, qu'on les sorte au grand jour
C'est ce que dit Lacour.
Car l'homme est malicieux et sans fracas édite
Des mots ahurissants, des écrits insolites
Sur la manière et l'art de bien excrémenter
De se faire flageller ou même de péter
Les auteurs inconnus, il faut leur faire la cour
Ils méritent Lacour.


Les projets les plus fous lui semblent raisonnables
L'extravagance est là, empilée sur sa table
Vaissette, Richelet, Larousse, Berthelot
Le livre le plus grand, celui qui sort du lot
Sont autant de succès tout au long du parcours
De l'éditeur Lacour.
Manuscrits poussiéreux qui dormez aux Archives
Monographies d'auteurs que les années ravivent
Textes trop tôt perdus dans la nuit de l'oubli
Essais, romans, poèmes, écrits ensevelis
Voici votre sauveur, il vous porte secours
Le colporteur Lacour.
Christian est fin gourmet, amateur de grands crus
Et sa quête d'auteurs anciens et méconnus
Met parfois sur sa route, ou mieux dans son assiette
Une spécialité, un plat, une recette
Arrosé d'un grand vin qu'il boit avec amour
Il est comm' ça Lacour.
Il joue avec talent le naïf magnifique
Qui renverse en riant l'échiquier politique
Il s'insurge, pourfend et les causes les plus justes
Se retrouvent un jour dans la Gazett' d'Auguste.
Il n'a fait que passer au pays des vautours
C'est du Christian Lacour.
 
Rouspéteur de talent, brocardeur des faux-culs
Fidèle en amitié, constant dans ses rancunes
Dégonflant les auteurs bouffis de vanité
Qui pensaient resplendir pour la postérité
Que l'on dise de lui : ni Nobel, ni Goncourt
Bien mieux, c'est du Lacour.
GillesCastroviejo 21 octobre 2003

Recherche :
Paiement en ligne sécurisé
2003 - 2018 © Editions Lacour-Ollé / L'actualité / Nos auteurs / Notre catalogue / Dossiers / Liens / Informations légales