aller au menu

REGIONALISME

Existant depuis 1791, les Editions Lacour sont issues de la tradition du colportage. Suivant le chemin de leurs ancêtres qui sillonnaient les routes pour diffuser des livres, les Editions Lacour restent en quête de textes rares à... Regionalisme 

THEMATIQUE

Cette rubrique vous propose un classement thématique des ouvrages des Editions Lacour. Vous y trouverez des œuvres spécialisées sur des sujets aussi passionnants et variés que l’histoire, la gastronomie ou... Thematique 

Le bon sens au pouvoir

Le bon sens au pouvoir BOURBON-PARME (prince Charles-Emmanuel de )



Dans quelle société française voulons nous vivre ?
L'envie de partager un amour lucide pour la France a constitué le fil conducteur des thèmes abordés par Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme. L'auteur redonne également du sens à la fierté d'être français. Ses pages offrent une envie neuve de s'investir davantage dans la vie publique ! Préserver nos valeurs devient un enjeu brûlant en 2016.. Les échéances de 2017 ne supporterons pas le manque de courage que l'on observe actuellement ! La doxa officielle étouffe toute réflexion et toute initiative novatrice.
Ne faut-il pas s'en affranchir ? Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme lance ainsi une initiative optimiste et tonique à se libérer des chaînes et des violences qui compromettent l'avenir de notre pays. Ecrit entre 2014 et janvier 2016, n'est-il pas temps de rechercher un nouveau modèle politique ? N'est-ce pas urgent ? Ses propositions ouvrent un débat d'intelligence et de volonté. Or là où s'exprime une volonté s'ouvre toujours un chemin.

Le grand pardon

Le grand pardon LEVEILLARD daniel

En 1319, le roi de France Philippe V, fils de Philippe IV le Bel, a instauré la Loi Salique, pour éviter que sa soeur Isabelle étant mariée avec le Roi d'Angleterre Edouard II et ce Royaume de France tombant ainsi en quenouille, la France ne tombât dans l'escarcelle anglaise. Telle fut la cause de la Guerre de Cent Ans. La Paix ne fut signée qu'en 1476, mais la Querelle entre les deux Royaumes était loin d'être terminée.


On sait déjà la rivalité entre François et Henri VIII lequel se titrait toujours « Roi d'Angleterre et de France », mais cette question demeurée vive jusqu'à l'Entente conclue entre le Roi des Français Louis-Philippe 1' et la Reine d'Angleterre Victoria 1 ère en 1843, est toujours (et plus que jamais) d'actualité malgré les apparences.


Avec cette heureuse perspective du Grand Pardon.


Ce texte comporte également les tables de parenté des épouses princières d'Angleterre, Catherine Middleton, Meghan Markle, Diana Spencer, et Sa Majesté la Reine Elizabeth II, toutes descendantes du Roi d'Angleterre Edouard II mais donc aussi de son épouse Isabelle, et par là du père de celle-ci, le Roi de France Philippe IV le Bel.


Daniel Leveillard est chercheur en anthropologie culturelle, Président de l'Académie Internationale de Recherche, Sociétaire des Hautes Etudes en Sciences Religieuses, Grand Maître de l'Arché-Confrérie des Francs Charpentiers, Conférencier international. Il est l'auteur de plus de trente ouvrages. Ses travaux lui ont valu une pléiade de hautes distinctions dont les Médailles du Conseil Général, du Sénat, du Rayonnement Culturel (fondée par le Président Raymond Poincaré), Médaille d'Or de la Société d'Encouragement au Progrès (fondée par le Président Albert Lebrun)

Nimes gallo-romain

Nimes gallo-romain BAZIN hippolyte

L'Italie est la terre de prédilection des archéologues. Mais il est en France une région dont on disait déjà, au temps de Pline ; qu'elle était comme le prolongement de l'Italie. Le mot est toujours vrai, italiens ou français, les rivages de la Méditerranée n'ont rien à s'envier : mêmes productions, même ciel bleu, même soleil éblouissant qui colore les ruines,et aussi mêmes trésors archéologiques.Or, de toutes les villes de Provence et du Languedoc, Nîmes, est sans contredit celle qui possède le plus d'antiquités.


Ses Arènes d'un aspect imposant, sa Maison-Carrée si gracieuse et si élégante, sa mystérieuse Tour Magne, les poétiques ruines du Temple de 'Diane, son musée épigraphique, un des plus riches de France, ses collections archéologiques forment un ensemble hors de pair. Nîmes a, en outre, une originalité séduisante. Son goût pour Tout ce qui est romain se manifeste sous les formes les plus diverses et les plus inattendues. Entre tous ses enfants célèbres, n'a-l.elle pas choisi Antonin pour lui élever une statue? Les rues s'appellent Auguste, Agrippa, Trajan., Adrien, et, sur les registres de l'état-civil, on trouve, presque à chaque page, les prénoms de ': Numa, de Titus et de Flavien.


Telle est la ville dont nous nous proposons de visiter les monuments et le Musée. Nous croyons que plusieurs trouveront à nous suivre intérêt et plaisir. Sans parler des archéologues de profession et de ceux que passionne l'étude de nos origines, les gens du monde liront sans trop de fatigue ces quelques pages ; cent .fois, au cours de cette promenade, l'occasion naîtra pour eux de raviver le sou-venir des textes classiques, ces vieux amis que l'on a toujours plaisir à retrouver.

La dame aux camélias

La dame aux camélias BERGEON jacques

Auréolée par la légende, elle a réellement existé ! En réalité, cette célèbre courtisane ne s'appelait ni Marie du Plessis, nom de demi-mondaine, ni Marguerite Gautier comme dans le roman La Dame aux camélias de Dumas fils, ni Violetta Valéry comme dans La Traviata (en italien, la dévoyée, celle qui est en dehors de la voie), l'opéra de Giuseppe Verdi. Elle se nommait plus prosaïquement Alphonsine Plessis et était née en Normandie le 15 janvier 1824, près d'Alençon. Enfant abandonnée, elle trouva un "protecteur", le jeune duc de Guiche qui la "lança" à Paris dans le demi-monde, lui assurant élégance et culture — elle jouait du piano et chantait à merveille —. On la décrivait ainsi : "C'était une créature d'une éblouissante beauté et admirable par les grâces de son esprit", tandis que Dumas fils, son amant le plus célèbre, la dépeignait comme "grande, très mince, noire de cheveux, de longs yeux d'émail, vifs et fiers, les lèvres du rouge des cerises, les plus belles dents du monde... ses longues anglaises, une robe décolletée, ses bracelets d'or, sa rivière de diamants faisaient d'elle une femme dotée d'un charme romantique indéniable propre à troubler..." Menant une succession de plaisirs éprouvants, soupers, soirées théâtrales, concerts, bals, elle devint très malade, crachant le sang, fuyant par une vie de débauche une douloureuse réalité et pensant se racheter par la souffrance et le sacrifice d'un grand amour, elle devait mourir à vingt-trois ans et connaître une gloire immortelle grâce à Dumas fils et à Verdi.

Inventaire général des meubles du château et dehors de Versailles

Inventaire général des meubles du château et dehors de Versailles AUGUSTIN jean-luc

A quelques pas du château de Versailles, il existe un bâtiment Pratiquement inconnu des touristes d'aujourd'hui : l'hôtel du Garde-Meuble . Imaginons un instant que, nous sommes revenus en l'année 1785. Nous poussons, par la pensée, la porte principale de sa modeste façade construite en 1784. M Thierry de Ville d'Avray, récemment nommé commissaire général de la Maison du Roi habite au premier étage.
Nous rentrons discrètement au rez-de-chaussée clans le premier bureau du commis du Garde-Meuble, avec sa table de travail de bois peint en noir, et ses étagères remplies de magnifiques registres recouverts d'une reliure en maroquin rouge aux Armes de France, et de nombreuses archives et notes des fournisseurs.
Nous prenons au hasard deux registres , les deux derniers du moment, rédigés sur une période de 1785/ 1787.
La lecture de ces inventaires nous fait rentrer dans tous les appartements du corps central du château de Versailles et de l'Opéra. A chaque ligne apparaissent les oeuvres des meilleurs ouvriers ou ateliers de France de l'époque Benneman, Daguerre, Riesener... pour les ébénistes, Chatard ou Bidard ... pour les peintres doreurs, Auguste orfèvre, la veuve Baudin brodeuse du Roi …
Chaque pièce du château renait sous nos yeux avec son mobilier en place en cette année 1785 qui marque le début d'un grand renouvellement de l'ameublement des résidences royales dont Versailles. Ce meuble est mis à disposition par le Garde-Meuble à chacun des occupants du château du valet de chambre jusqu'aux membres de la famille Royale et même jusqu'au Roi.                                                                                                                                          En effet aucun de ces meubles n'appartient en propre à ces personnes, il est distribué dans chacune des pièces pour leur permettre d'assumer leur fonction; c'est-à-dire celle d'un serviteur qui doit servir le Roi et donc servir la France. L'ameublement doit aussi s'adapter en fonction des évènements (naissance dans les appartements de la Reine), des Enfants de France qui grandissent, des saisons ... Nous allons redécouvrir des appartements comme ceux de Mme Elisabeth ou du Comte d'Artois par exemple gui n'existent plus aujourd'hui.
Le château de Versailles sous l'Ancien Régime est d'abord une demeure au service de la France. Dans sa conception, sa décoration, son ameublement, son parc, jusqu'à la livrée portée par les gens appartenant à la Maison du Roi, tout rappelle Sue la priorité de celui gui aura l'honneur d'habiter ou de travailler clans ces lieux est de servir de son mieux la France.
C'est aussi un espace de vie, de vie de famille. Chaque tapisserie, chaque chaise, ou chaque bureau sont des témoins de la vie quotidienne. Au travers ce voyage exceptionnel dans le temps nous levons un peu le voile sur la véritable intimité du château de Versailles.
Alors, avec tous les visiteurs de ce fleuron de notre patrimoine national, d'hier, d'aujourd'hui et de demain, nous aurons au terme de notre lecture de nouveaux arguments pour dire avec eux :
"c'est magnifique"


Jean-Luc Augustin


Merci à Jean-Luc Augustin pour ce précieux et minutieux travail de transcription, une mémoire pour tous !


Editions LACOUR-OLLE

Histoire de la réunion de la Lorraine à la France, tome 4

Histoire de la réunion de la Lorraine à la France, tome 4 D'HAUSSONVILLE m. le Comte

TRAITÉ ENTRE LE ROI ET LE DUC DE LORRAINE POUR L'ÉCHANGE DE SES DUCHÉS DE LORRAINE ET DE BAR AVEC LE MILANAIS, EN CAS DE MORT DU ROI D'ESPAGNE.

Le Roi, désirant véritablement de maintenir la paix rétablie dans l'Europe par les traités de Riswick, Sa Majesté a vu avec un sensible plaisir que le roi de la Grande-Bretagne et les États généraux des Provinces Unies estoient aussi dans les mêmes dispositions. Ainsi, après être convenu avec ce Prince el, les États généraux qu'il estoit nécessaire de prendre des mesures pour empêcher la guerre que l'ouverture de la succession d'Espagne ne manqueroit pas d'exciter, il a été pourvu, par un traité signé et ratifié dans tontes les formes, an mois de mars dernier, à ce qu'il y auroit à faire pour maintenir la tranquillité générale, si le Roi Catholique, dont Leurs Majestés et les États généraux désirent véritablement la longue conservation, venoit à mourir sans enfants.

Mais comme la clause de l'article 4 qui regarde l'échange des duchés de Lorraine et de Bar avec le Milanais a été insérée, non-seulement sans avoir été sollicitée par M. le duc de Lorraine, mais encore à son insu, et, sur l'opinion vraisemblable qu'il ne refuseroit par un parti aussi avantageux, Sa Majesté, aussitôt après l'échange des ratifications, a voulu communiquer le traité audit sieur duc de Lorraine et l'inviter de souscrire 

aux conditions qui sont énoncées, et a envoyé pour cet effet M. de Callières, conseiller en ses conseils et secrétaire de son cabinet, auquel elle a donné son plein pouvoir pour signer.

Recherche :
Paiement en ligne sécurisé
2003 - 2018 © Editions Lacour-Ollé / L'actualité / Nos auteurs / Notre catalogue / Dossiers / Liens / Informations légales