25 bd Amiral Courbet, NIMES 30000 , FRANCE
04 66 67 30 30
Le panier est vide

L'histoire de la terreur à Nîmes et dans le Gard

L'histoire de la terreur à Nîmes et dans le Gard 8625

tweet_button Les Éditions Lacour-Ollé - L'histoire de la terreur à Nîmes et dans le Gard
1481871719_livre.l.histoire.de.la.terreur.a.nimes.et.dans.le.gard.septembre.1762.nimes.editions.lacour.olle
15,00 € l'unité Auteur: anonymeanonyme

Spécifications

anonyme
223
21
15
Broché
1867
9782750443801
Septembre 1792

LE BOURREAU
En 1793, et 1794
A la pendaison et au supplice de la roue, succéda la mise en action de la machine, non pas inventée, mais perfectionnée par le docteur Guillotin. Elle fonctionna à Nimes pour la première fois vers la fin du mois de septembre 1791 A cette date, le tribunal criminel du Gard, président Vigier, condamna à mort un nommé Joseph Suplit, convaincu d'assassinat sur la personne de sa femme. Dans les départements du Gard, de l'Hérault, de la Lozère, du Vaucluse et dès les derniers mois de 1793, les condamnations à mort pour faits politiques se succédaient avec rapidité. Une correspondance assez active s'engagea entre les agents de l'autorité supérieure et, parfois, avec les exécuteurs. Victor, exécuteur à Nimes des jugements criminels, s'était démis de ses fonctions et vivait dans la retraite. Sur une liste de gens suspects, trouvée en 4 794, dans les papiers de Courbas , on lit': Vitor, ensien exgécutur, rische, aristocrate, contre révolucionère. En vérité, c'était lui faire beaucoup d'honneur.
Pour le service des quatre départements, il parait qu'il n'y avait qu'un seul bourreau et une seule machine; aussi l'homme et la chose étaient-ils parfois attendus avec impatience et réclamés avec l'instance la plus vive.